MISE AU POINT

MISE AU POINT QUANT A LA MENACE DE FERMETURE D’UNE CLASSE.

Lors du conseil municipal du 13 avril dernier, la fermeture d’une classe sur le RPI, réclamée par l’Inspection d’Académie, fut évoquée par un conseiller d’opposition.

N.B. : Rappelons que le maire, informé dès le 2 avril par une lettre de l’Inspection d’Académie n’avait toujours pas, le 13 avril, communiqué ce courrier à son conseil (à moins qu’il n’ait voulu la dissimuler seulement à l’ opposition), alors que la décision devait être arrêtée le 17 !

Bien que ne l’ayant pas inscrit à l’ordre du jour, le maire a cependant dû accepter que ce point soit débattu. Avec ensemble, les conseillers ont déclaré s’opposer à cette mesure de fermeture, certains précisant qu’il ne saurait de toutes façons en être question pour l’école de Monpazier.

A la demande du président des parents d’élèves, Fabrice Duppi proposa

une réunion d’information le 27 avril en présence des conseillers municipaux.

Attention !: il s’agissait d’une réunion et non d’un conseil municipal. Le maire n’ayant

pas l’obligation de prévenir ses conseillers dans les délais réglementaires, seulement

douze membres de l’équipe municipale purent se libérer.

Après que le président du SIVOS et le représentant des parents d’élèves se furent

exprimés, il leur fut demandé de quitter la salle tandis que les conseillers faisaient valoir leur avis.

Attention : le conseil municipal n’étant pas réuni formellement, cette assemblée n’était constituée que de douze Monpaziérois formulant leurs préférences.

Une majorité est apparue, penchant pour une suppression de classe à Capdrot mais cela ne pouvait autoriser le maire à trancher car l’école A Monpazier n’est pas l’école DE monpazier.

Elle est sous l’autorité du SIVOS qui regroupe huit communes. Huit communes qui lui ont donné leur compétence scolaire. Au conseil du SIVOS chaque commune envoie deux conseillers. Soit deux conseillers sur seize pour chaque commune. Toute décision concernant l’École relève donc du seul SIVOS et non du maire ou du Conseil Municipal de telle ou telle commune y adhérant.

16 Commentaires sur “MISE AU POINT

  1. Comment expliquer alors que la classe de Capdrot soit la classe désignée, en cas de fermeture confirmée, du RPI Capdrot/ Monpazier sur la liste de l’Inspection académique dès le 16 avril ?

    • Car Mr Duppi avait fait savoir à Mme l’inspectrice qu’il s’opposait à une fermeture de classe à Monpazier.

      • Résumons : M. Duppi a donc écrit, sans concertation avec son conseil et surtout avec les délégués du SIVOS, une lettre à l’Inspection académique pour signaler son opposition à la fermeture d’une classe à Monpazier.
        Première interrogation : M. Duppi sait-il que les écoles de Monpazier et Capdrot forment ce qu’on appelle un RPI, c’est-à-dire un regroupement intercommunal ?
        Deuxième interrogation : M. Duppi sait-il que l’école de Monpazier est gérée par un syndicat scolaire ?
        Troisième interrogation : M. Duppi a-t-il pensé aux conséquences que va provoquer la suppression d’une classe (même à l’école de Capdrot) pour les enfants de notre territoire, à savoir, qu’il va falloir répartir les différents niveaux de classes, de la petite section au cours moyen 2 sur cinq classes maintenant ? A-t-il songé aux problèmes de sécurité qu’engendre la suppression d’une classe à Monpazier ? A-t-il songé que la disparition d’une classe peut remettre en cause l’accueil des tout-petits ?
        Quatrième interrogation : Sachant que le RPI de Capdrot/Monpazier était menacé d’une fermeture et que les maires des deux communes ont été avertis par courrier dès novembre 2014 (voir compte-rendu de la réunion du conseil municipal de Monpazier le 26 novembre 20141), pourquoi ces derniers n’ont-ils pas réagi quand il était encore temps de trouver des solutions ?
        Qui est incompétent : l’Inspectrice académique ou les deux édiles ?
        L’éducation ne devrait être ni de droite ni de gauche, elle devrait être tout simplement juste et équitable sur notre territoire national !

  2. Merci pour cet excellent résumé des faits mais quid pour la suite, qu’elle est la réaction du SIVOS?

    Chris Nègre.

  3. légitimement,le président du SIVOS a demandé à être reçu par Madame l’inspectrice de l’académie,il est en attente de sa réponse.

    • Y parait que Duppi en a rien à faire de M. Ramos qui est président du SIVOS. mais on peut aussi se poser la question des compétences de Ramos.
      Y parait aussi que Gipoulou est tout à fait favorable à la fermeture de l’école de Capdrot. Et pourtant il habite à Capdrot. Faut dire que lui , il est faux comme une pieuvre. Il fait croire que ça l’intéresse mais il se fout de tout celui la. mais qui a bien pu voter pour lui. Merci pour le cadeau.

  4. Si j’ai bien compris, le président du SIVOS a donc été désavoué par le maire de Monpazier et sa majorité. C’est à lui de montrer qu’il respecte le contrat initial, qu’il sert à quelque chose et qu’il n’est pas un larbin du maire de la bastide…

  5. POURQUOI : cette lettre de l’académie a été envoyer au maire de Monpazier et non a monsieur Ramos président du SIVOS .
    L’inspection d’académie n’est pas encore informé depuis le temps qu’il nous ferme des classes que cet un syndicat qui gère l’école et non la mairie de Monpazier . ou alors qu’ils envoient cette même lettre aux huit maires représentant du SIVOS . Le maire de monpazier n’a pas été bon, comme d’habitude ,mais la directrice d’académie est incompétente .

  6. Fermeture de classe.

    Merci à madame le maire de Capdrot pour son long article dans la Gazette ou l’on ressent le souci de transparence qui a semble-t-il tant fait défaut dans cette histoire à Monpazier.
    Même si la classe ferme à Capdrot, le grand perdant restera Mr Duppi, artisan avec Mme Leygue de la fermeture de classe à Monpazier il y a 7 ans et maintenant doublement responsable : par un écrit excessif (voir frauduleux ,car il n’y a pas eu de délibération au conseil municipal de Monpazier) il a orienté la fermeture de classe à Capdrot.
    Ce faisant et sachant que toutes les écoles mono-classes fermeront dans deux ans en Dordogne, il devient unique responsable de la fermeture de l’école de Capdrot à cette échéance.
    Mme l’inspectrice d’académie n’en demandait pas tant ! On lui offre sur un plateau doré cette possibilité automatique sur le RPI Monpazier-Capdrot. Quelle joie !

    Au total Bilan Duppi : 2 fermetures de classe en 7 ans plus une fermeture d’école dans deux ans.
    Il aura beau dire comme à l’habitude « c’est pas moi … » Les parents d’élèves et l’ensemble des élus du RPI ne sont pas prêts à oublier…

  7. Barbecue Geant. Suis surpris de la reaction de Jack ,
    considerant les enfants comme des steaks(chacun
    defend son bifsteak),mefions nous de ses raccourcis.
    Il n y a pas si longtemps,les hommes etaient consideres
    comme chair a canon……….. Parent d eleve deçue.

  8. Concernant la fermeture de la classe,
    au vue que le sivos n a meme plus son
    mot a dire,j invite tous ses membres a ne
    plus cotiser et laisser Monpazier officier
    et payer. Cest bien ce que le maire veut.

  9. Ben messieurs dames sa y va la lecture à Monpazier en ce moment. Y en a qui en prenne pour le garde. Ce matin la Gazette et la lettre de l’opposition. Duppi en prend plein la figure. Mais remarquez y fait tout pour. Quand on lit la lettre de Mme Feuillet on comprend que c’est vraiment un entourloupeur de première celui la. Il a bien roulé dans la farine les parents d’eleves , madame Dejos, Ramos. D’ailleurs qu’est ce qu’elle a fait elle au juste pour défendre l’ecole de Capdrot? Remarquez ce sont ses copains donc ils le soutiennent mais par derrière il font semblant de gueuler ces hipocrites.

    Un grand merci à Gipoulou aussi , mme Taudière , ce pauvre Berlioz qui dit amen a tout ce que dit Duppi.
    merci pour tout , pour les enfants surtout. Et c’est pas fini , il parait. Plus d’ecole à Capdrot dans 2 ans maximum. Vive Duppoui.

  10. Lamentable. Ces
    guerres de clochers,les divisions
    politiciennes qui ne servent que
    leur petit pouvoir.. Et tout ca ,
    sur fond de fermeture
    scolaire. Bravo la défense de la ruralité.
    Les enfants ont été pris sous le feu croisé
    de désidérata d un petit edile

  11. Cest quand meme avec les voix de
    l oppostion que le conseil municipal
    a voté a Monpazier la fermeture de classe.
    On nest jamais aussi bien trahie que par les siens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *